Le projet croise des écritures perceptives et spatiales au centre desquelles est placé l’humain. Un humain se place en relation au monde, et le principe de son mouvement et sa relation à l’espace le relie peu à peu à l’autre.
L’élément de l’interaction entre le mouvement et la musique est conçu comme une amplification perceptive de l’espace. L’écoute est considérée comme un élément de composition chorégraphique et interprétative de la danse.